Histoire. 
 
Le site de Saint Jean des Balmes a été peuplé pendant des millénaires. Les archéologues ont découvert des vestiges du Néolithique (-5000 à 1000 avant JC) et de l'âge de Bronze(-1000 à -750 avant JC). On a trouvé également des villas gallo-romaines autour de Massebiau et des exploitations de résine autour de La Bartassserie. 
 
Le lieu se trouvait au croisement de plusieurs voies de communication, notamment la route de Meyrueis à Millau et le chemin de l'Auvergne au Languedoc qui passait par Peyreleau. Malgré son altitude - 960m - l'endroit est habitable, comportant plusieurs sources, des terres exploitables et des bois. 
 
A 200m au sud-est de l'église, se trouve le Rocher de May (anciennement des Gaches) qui porte des traces de constructions. Il était entouré de maisons qui formaient le hameau ou Mas des Balmes (Las Balmas, etym. grottes, cavernes) 
 
C'est en 1075 qu'on trouve la première mention de l'église de Saint Jean des Balmes. Lors de la création du Prieuré bénédictin de Le Rozier, par l'Abbaye d'Aniane (Hérault), l'évêque de Mende leur céda l'église du Rozier tandis qu'un certain Ugo dit "comtor" leur donnait l'Église de Saint Jean des Balmes. 
 
Par la suite cette église prospéra en devenant le siège de la Paroisse de Veyreau et Saint André de Veyzines. 
 
Cette situation dura jusqu'au 16ème siècle. Puis le Prieuré de Saint Jean des Balmes fut victime des guerres de religions et d'un déplacement de population vers Veyreau et Le Maynial. De surcroît, en 1630 le curé de l'église fut assassiné et ce crime souligna l'isolement de l'église. 
 
Entre 1633 et 1698 il fut décidé de transférer le siège de la paroisse de Saint Jean des Balmes à Veyreau. Une décision qui prit des années mais qui devint effective en 1698. 
 
L'église fut alors désaffectée et se délabra peu à peu. Vendue comme bien national lors de la Révolution, elle sera sommairement rénovée vers 1899, puis le temps continua son oeuvre. Achetée par l'association diocésaine elle fut peu utilisée. Elle connut un semblant de réhabilitation dans les années 60 et 70 quand on relança le pèlerinage annuel de la Saint Jean. 
 
A partir des années 1980 la commune de Veyreau acheta le bâtiment. Un programme de fouilles et de rénovation fut engagé. Enfin, en 1989, l'église fut officiellement classée Monument Historique.  
 
Au début des années 1990, la commune et plusieurs associations lancèrent un programme de sauvegarde. L'association REMPARTS réalisa des travaux importants qui aboutirent au monument actuel. 
   
 
Chronologie.  
 
1075 mentionné dans l'acte de donation à l'Abbaye d'Aniane lors de la création du Prieuré de Le Rozier  
 
1316 mention du Mas des Gaches (ruines à 200m au sud est de l'église, au lieu dit Rocher de May), dernière mention en 1547 
 
1317 l'église est transférée du diocèse de Rodez au diocèse de Vabres, elle est le siège de la paroisse de Veyreau Saint André de Veyzines 
 
1318 mentionnée comme Prieuré régulier de l'ordre de Saint Benoît, annexe du Prieuré du Rozier, dépendant de l'abbaye d'Aniane 
 
En 1341 dans la liste des paroisses de la Bailie de Millau on trouve: Sancti Johannis de las Balmas, 41 feux  
 
En 1349 le Registre de l'Epervier indique que la paroisse compte 41 maisons et 250 habitants 
 
1371 création d'une "charité", distributions de dons aux pauvres de la paroisse, chaque année le 24 juin 
 
1439 Adeodat d'Heran finance la construction d'une chapelle à la Vierge, celle du coté sud 
 
1546 construction d'une nouvelle chapelle, qui est l'actuelle sacristie, sur le coté nord de la nef 
 
 
vers 1560 l'église est victime des guerres de religion, la chapelle est très abîmée 
 
16 mai 1621 Etienne Albat devient curé de Saint Jean de Balmes 
 
1625 Veyreau est prise par les protestants, l'église de Saint des Balmes ne sera pas réparée avant 1650 
 
12 septembre 1630 le curé Albat est assassiné, son assassin le jette au fond de l'Abenc del Capelan, qui sera appelé depuis l'Aven du Curé 
 
1633 l'évêque de Mende demande au curé de faire retuiler l'église qui tombe en ruines 
 
1674 le curé Jean d'Arzac de la Force, propose de déplacer le siège de la paroisse à Veyreau  
 
1684 l'évêque de Vabres ordonne le transfert à Veyreau 
 
1694 Jean Carle sera le dernier curé, l'église est interdite 
 
1695 premier curé paroisssial à Veyreau 
 
1698 la décision de transfert à Veyreau devient effective par décret épiscopal du 23 avril 1698 
 
 
1789 - 1790 l'église déclarée bien national, elle est acheté par Jean Baptiste Roudier, puis Molinier 
 
1889 l'église est vendu par Molinier à Charles Jacob curé de Veyreau 
 
1899 l'église est réparée sommairement 
 
1922-1924 l'église est la propriété de l'Association Diocésaine 
 
1928 la dernière cloche est volée 
 
1930 la voûte de la chapelle est encore intacte 
 
 
1960 la croix située dans l'ancien cimetière nord est remplacée par Paul Nogaret, qui fait quelques travaux 
 
1976 l'abbé Ricard rétablit l'ancien pèlerinage 
 
 
1981 le conseil municipal de Veyreau décide d'embaucher un chantier bénévole de jeunes 
 
9 août 1985 la commune de Veyreau rachète l'église à l'Association Diocésaine 
 
hiver 82-83 quatre jeunes de l'association Concordia commencent le déblaiement de l'église 
 
1983 le Groupe d'archéologie de la Maison des Jeunes de Millau pratique des fouilles 
 
1987 la croix du cimetière nord est remplacée par une croix en bois de chêne 
 
1989 Sauvegarde du Rouergue et l'union REMPARTS lancent l'opération Sauvons Saint Jean des Balmes (200 bienfaiteurs) 
 
24 juin 89 conférence à Veyreau sur l'histoire de Saint Jean des Balmes  
 
2 octobre 1989 le Ministère de la Culture classe le site comme Monument Historique 
 
1990 et 1991 des travaux de sauvetage essentiels sont réalisés par l'association REMPARTS 
 
1998 Tricentenaire de la translation Saint Jean des Balmes - Veyreau 
 
 
2001 Exposition permanente dans la chapelle de 14 a 19H et visites commentées
 
2001 et 2002 des concerts sont organisés chaque été sur le site
 
2012 organisation du Festival Couve le Vent 
 
... à suivre 
 
  
Bibliographie. 
 
Abbé Bousquet, Églises romanes du canton de Peyreleau, tome V, 1844-1845. 
 
Édouard-Alfred MARTEL, Les Causses Majeurs, 1936. pages 223,274-275 
 
Albert Carrière (1872-1957)  
Notes sur Saint Jean de Balmes, manuscrit déposé aux AD de Rodez, 1918 (plusieurs versions)  
Saint Jean de Balmes. Journal de l'Aveyron, 1er février 1925, 1er mars 1925 
Saint Jean de Balmes ou la légende de l'Aven du Curé. Midi Libre 1956  
 
Louis Balsan, l'Aven du curé. (de Saint Jean de Balmes), Journal de l'Aveyron, 6 septembre 1931.  
 
Revue Sauvegarde du Rouergue - Numéro spécial Saint Jean de Balmes, N°27, Millau 1990. 
 
Marc Parguel, Histoire de la paroisse de Saint Jean de Balmes, 2007 
 
Paul Nogaret, Saint Jean de Balmes, Imprimerie Ixthus, Millau, 2012. 

Base Mérimée - Ministère de la Cultures - Monuments historiques

 édifice / site Prieuré de Saint-Jean-de-Balmes
 localisation Midi-Pyrénées ; Aveyron ; Veyreau
 dénomination prieuré
 éléments protégés MH église ; chapelle ; cimetière ; bâtiment conventuel ; enceinte ; nef ; abside ; clocher ; sol
 époque de construction 12e siècle ; 15e siècle ; 16e siècle
 historique Exemple intéressant d'architecture romane rouergate, le prieuré se compose des restes de l'église romane (nef, abside et clocher) , de deux chapelles des 15e et 16e siècles, et des traces des dispositions des bâtiments conventuels distribués au sud autour d'une cour, d'une chapelle ruinée adossée à l'église, et de l'ancien cimetière. Le lieu a été abandonné au 16e siècle, après l'assassinat du prêtre desservant, mais a continué à être utilisé en certaines occasions.
 état vestiges
 propriété propriété de la commune
 protection MH 1989/10/02 : classé MH Prieuré de Saint-Jean-de-Balmes : vestiges comprenant : église (nef, abside, clocher) ; chapelles latérales et celle qui lui est adossée ; traces des bâtiments conventuels ; ancien cimetière ; mur d'enceinte ; sol à l'intérieur de l'enceinte (cad. B 146, 147) : classement par arrêté du 2 octobre 1989 type d'étude Recensement immeubles MH
 référence PA00094197 © Monuments historiques, 1992
 date versement 1993/08/30 date mise à jour 2014/01/10
 crédits photo Pierre, Jacques - Ministère de la Culture (France), Médiathèque de l'architecture et du patrimoine, diffusion RMN
Archive